AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carter Harsaw
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 14/06/2014
› baisers volés : 22
› avatar : Blake Lively
› crédits : love disaster (avatar) soapflaws (signature)
› pseudo : bowties


MessageSujet: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:14


Carter Jackeline Harsaw
and i don't want the world to see me, cause i think that they'd understand.
❖❖❖
nom Harsaw est le nom qu'elle à hérité après son mariage. Elle est née sous le nom de Kennedy. prénom(s) Carter pour le premier, quelque chose de mixte car les parents de la jolie blonde ne voulait pas connaître le sexe du bébé avant la naissance, donc il fallait un prénom qui allait au deux. Et Jackeline pour le second prénom, en honneur à sa grand mère. âge 28, bientôt 29. date, lieu de naissance Un certain 4 Juillet 1984, à Washington DC. origines Américaine. statut civil Mariée. orientation sexuelle Hétérosexuelle. étude ou boulot ancienne politicienne, désormais serveuse. caractère joyeuse, déterminée, rêveuse, impulsive, possessive, jalouse, fragile, douce, sensible, romantique, naïve. groupe lavender avatar Blake Lively.
Carter n'est autre que la descendante direct de John Fitzgerald Kennedy, c'est sa petite fille † elle à toujours été bercé par la politique, à tel point qu'elle finie par vouloir en faire sa vocation † elle a, pendant cinq ans, été la sénatrice de l'état du Maryland, avant qu'elle arrive à la fin de son mandat, elle à finie par démissionner, ne pouvant plus supporter la pression du monde politique † elle à rencontré son mari lors d'une conférence de presse, lorsqu'elle était encore étudiante en droit † elle à découvert il y a peu qu'elle ne peut pas avoir d'enfants † elle ne croit pas vraiment à tout ce qui est «malédiction» que ça soit sur sa famille, ou sur la ville. † juste après avoir démissionné, elle déménage avec son mari à Anchorage dans le plus grand secret, sans même mettre sa famille au courant † elle se trouve alors un poste de serveuse † elle est officiellement portée disparue car elle n'a prévenue personne † elle n'est pas spécialement reconnue ici et elle profite bien mieux de sa vie † elle se déplace uniquement en vespa à Anchorage † elle vit désormais dans un loft avec son mari en plein centre ville † même si elle est folle amoureuse de son mari, Carter à encore du mal à lui pardonner son infidélité, même si ça n'est qu'arriver qu'une fois et qu'elle sait qu'il ne recommencera pas † elle à beaucoup de mal à digérer le fait qu'elle ne puisse pas avoir d'enfant, elle en frôle la dépression même si elle ne le montre pas † elle a fait une tentative de suicide, trois mois plus tôt. † elle est légèrement fan de science-fiction, sa saga préférée est Star Wars † elle s'est acheté un chien récemment, elle l'a d'ailleurs nommé, en honneur à la saga, Anakin.
que pensez-vous de la légende? y croyez-vous? Je suis plutôt le genre à ne croire que ce que je vois. Je suis pas spécialement branchée superstition, dirons nous. C'est un peu comme, vous savez, cette malédiction sur ma famille. Si je n'y crois pas, je vois pas pourquoi je croirais cette légende bien ridicule. Si ça avait été le cas, venir ici aurait été une vraie idiotie puisque nous traversons une période plus ou moins difficile avec mon mari, alors ça serait presque une volonté de détruire mon couple. Quoi qu'il en soit, non, je n'y crois pas. parlez-nous de votre vie sentimentale, de manière générale. Ma vie sentimentale? Et bien, il y a deux ans, j'aurais dis que j'étais la plus heureuse possible, il y a un mois et demi, je tentais de cacher mes larmes, et il y a quelques semaines, je suis de nouveau heureuse. Je sais pas si ça aide énormément, mais en tout cas, je suis plutôt heureuse en ce moment. Je pense que c'est le principal: il faut savoir pardonner et ne plus vivre dans le passé. êtes-vous plus du genre fétard ou flemmard? Tout dépend de mon humeur. J'aime les fêtes entre amis, normal. Tout comme j'aime énormément passé des soirées tranquille chez moi. Tant que c'est pas le genre de soirée à scandale où l'on passe le temps à se bourrer la gueule et à mélanger des substances étranges dans nos verres, ça me va! Comme on dit: A little party never killed nobody!voir des couples heureux, ça vous fait quoi? Pas grand chose. Disons que je suis plutôt heureuse pour eux, en espérant qu'ils le restent ... Bon, okay, la vérité c'est que je n'y porte absolument aucune importance. J'ai déjà mon couple à gérer, c'est assez non?  pensez-vous que la malédiction à joué sur votre vie sentimentale? Pas du tout. Comme dit précédemment, je n'y crois absolument pas, alors je vois pas pourquoi elle aurait joué dessus. Ce qui est arrivé est notamment dû à nos petits problèmes de couple, puis j'étais même pas encore là quand nos histoires sont survenue. Donc non.

good to know you
« Carter? Je suis là! » Le jeune homme claquait la porte, desserrant alors sa cravate et posant sa veste sur le porte manteau de l'entrée. Il n'était pas étonné de ne pas voir la blonde descendre, et pour cause, la veille une grosse dispute avait eu lieu au sein du couple, et depuis ils ne s'étaient plus croisé. Décidé à se faire pardonner, où du moins à lui donner des explications plausibles sans l'engueuler, il montait les marches, une à une de l'immense loft qu'ils partageaient en plein Washington -avec une vue magnifique sur la ville au passage- Tapant à la porte du bureau de sa bien aimée, il n'eu aucune réponse. Il ouvrit alors la porte et ne vit personne. Fronçant les sourcils, étonné, il se rendit dans sa chambre où il n'y avait toujours personne. Commençant à fouiner toute les pièces, il se rendit bien vite compte que la porte de la salle de bain était fermée à clé. « Carter, c'est moi. » Aucunes réponses. « Ouvre moi s'il te plait. J'ai besoin de te parler. » Toujours rien. Appuyant encore sur la poignée, il se senti s'énerver derrière la porte, mais également les larmes monter, doucement, malgré lui. « Écoute, je sais que j'ai déconné. Je te l'ai dis, je suis désolé. C'était un accident, je te le promet. » N'obtenant toujours pas de réponse, il soupirait, se pinçant les lèvres et passant ses doigts sur ses yeux pour effacer les larmes qui menaçaient de rouler sur ses joues. « Je t'aime. Et parce que je t'aime, je te laisserais le temps qu'il faut. Je ... je vais dormir chez ma mère le temps qu'il faudra. Et quand tu auras réfléchis ... rappel moi. » Quittant alors la porte de la salle de bain, il avançait jusqu'à sa chambre et commençait à faire ses valises, vu que sa femme semblait bien déterminée à ne pas lui parler. Une heure plus tard, il tirait sa valise derrière lui et s'arrêtait une dernière fois devant la porte. « Carter, j'y vais. Je t'aime. Et si tu as besoin, tu as mon numéro. » Mais toujours rien. Aucuns sanglots qui s'échappaient, aucuns murmures. Fronçant les sourcils, il sentait que quelque chose se passait. Il abaissait encore la poignée. « Carter, ouvre la porte. » Rien. Il commençait alors à forcer sur celle-ci. « Carter, si tu n'ouvres pas cette putain de porte, je te jure que je la défonce. » Et une fois de plus, silence radio. Assez attendu. Plusieurs coups de pieds dans la poignée et la porte se débloquait enfin. Baissant la poignée, il entrait d'un seul coup dans la salle de bain, et le spectacle qu'il vit lui déchirait le coeur. « Carter? » Sa femme, allongée dans la baignoire, totalement habillée, une boite de somnifère totalement vide et une bouteille de whisky vide également à moitié brisé sur le sol. Et elle ne réagissait pas. « Carter! » N'attendant pas une seule seconde de plus, il sautait dans la baignoire et prit son pouls qui était faible, trop faible. Évidemment, il se chargeait d'appeler une ambulance, et en attendant, il ouvrit la bouche de sa femme, mettant deux doigts dans le fond de sa gorge. Le problème c'est que rien ne ressortait. Absolument rien. Se mettant alors à pleurer pour de bon, il se mit à la serrer dans ses bras. « Carter ... s'il te plait, me fait pas ça... T'as pas le droit. je t'aime. Je t'aime. Qu'est ce que je vais devenir sans toi? » Nichant sa tête au niveau de la clavicule de la jeune femme, il se vidait littéralement de ses larmes. Il avait déconné, c'était sa faute, il le savait. mais il aimait Carter, plus que tout. plus que sa propre vie. Mais ses conneries allaient peut-être couter la vie à la femme de ses rêves. Parfois, il se demandait comment elle faisait pour être amoureuse de lui...  

FLASH BACK.


« Comment t'as pu me faire ça? » Posant sa main sur ses lèvres, la blonde cherchait à retenir des sanglots qui venaient malgré elle. « C'était un accident.. » « Un accident? Tout comme s'en était un quand tu m'as épousé? » « Ne dis pas n'importe quoi James! Arrête avec tes mensonges, et dis moi la vérité! Qu'est ce qu'elle avait de plus que moi? Qu'est ce que t'as trouvé chez elle que t'as pas vu chez moi? » « Carter, ça n'a rien à voir avec ça ... » « Alors c'est quoi le soucis?! Qu'est ce que j'ai fais pour mériter que t'ailles voir ailleurs? » Un ange passe, il passait nerveusement une main dans ses cheveux avant de se tourner vers la blonde en montant le ton. « Tu m'autorisais plus à te toucher. Ça fait bientôt sept ans qu'on est marié, et ça fait deux mois que j'ai plus le droit de te toucher. Comment veux-tu qu'un couple marche si il n'y a plus rien sexuellement parlant entre eux? Comment veux-tu espérer que ça fonctionne?! Tu es ma femme, et je t'aime. Tu es magnifique et il est normal que j'ai envie de toi, comme n'importe quel mari sur cette planète. Mais ma main gauche ne me servira pas éternellement, vois-tu? Alors oui, j'ai déconné, et je suis désolé, mais si on avait prit le temps de parler de ton petit soucis d'intimité ça serait pas arrivé. » Les lèvres entrouvertes, les yeux baignés par les larmes et déglutissant, la blonde déclarait, sa voix brisée par les larmes. « Alors c'est ma faute maintenant? » « J'ai pas dis ça ... » « Mais si tu l'as dis. J'ai entendu! Tu sais quoi? T'as raison. J'ai un problème quelque part. Je vais au lit, et tu n'as pas intérêt à venir dormir avec moi okay? Un mètre. Tu te tiens pas à moins d'un mètre de distance de moi. » Et elle reculait pour se rendre dans leur chambre. « Carter ... » Il effleurait doucement sa main et elle lui foutu une gifle. « Ne me touche plus, compris? Plus jamais. » « Carter ... » Et elle partie en claquant bruyamment la porte.

PRESENT DAY.



Il était là, regardant la jeune femme allongée dans un lit, d'une pâleur extrême. Il attrapait sa main, et serrait celle-ci dans la sienne. Sa peau était froide, très froide. Des cables étaient branchés un peu partout et la reliait à diverses machines, permettant de prouver qu'elle était toujours là, bien vivante. Il se mordit doucement la lèvre, fixant cette blonde qui semblait si apaisé. « Tout est de ma faute Carter ... excuse moi. Je ... je sais pas ce qui m'a prit. On était dans une période difficile et je crois que .. j'ai perdu la tête. J'avais un peu bu et y avait cette nana. Je ... je te garanti que j'ai rien ressenti quand c'est arriver, j'veux dire, c'est pas comme avec toi. » Il fini par se taire, se disant que c'était peut-être pas la meilleure des choses à dire. Il se retournait alors, voyant à travers la fenêtre la mère de la jeune femme qui semblait paniqué, puis il regardait de nouveau la petite blonde. Il regardait la main de la blonde et embrassait doucement l'endroit où l'alliance de la blondinette se trouvait. « Tu te souviens le jour où je t'ai demandé de m'épouser? J'étais tellement nerveux que j'avais mal noué ma cravate. Mais je pourrais jamais dire à quel point j'étais heureux quand tu as accepté. C'était ... je sais pas, inexplicable, mais c'était le plus beau sentiment au monde. Tu portais cette robe là, celle qui te va si bien. La rouge. Et tu avais tes talons haut, tes chaussures préférées. Celles qui te font de ses jambes absolument magnifique, tu sais, on dirait qu'elles sont interminables. Et puis, tu t'étais teinte en brune. Je sais pas d'où t'étais venue cette folie, mais j'aime bien, ça t'allait bien. Mais le blond reste ce qui te va le mieux. On avait un peu trop bu aussi, pour fêter ça. On s'était réfugié dans la salle de bain et on s'est envoyé en l'air sous la douche. On était même encore habillé quand on à déclenché le jet. On s'est directement fait avoir quand on est sorti. C'était .. une soirée mémorable. Et je n'en oublierais jamais un seul instant. Cette soirée c'était ... oh, Carter, est-ce que tu sais l'effet que tu me fais? J'veux dire, y a que toi pour me rendre totalement fou, totalement gaga. Je t'aime. Simplement. »

Extrait du Washington Post.
« Pas plus tard qu'hier, nous avons appris que la Sénatrice du Maryland, Carter Harsaw à été admise d'urgence à l'hôpital principal de Washington. Suite à une petite enquête, nous avons réussi à interroger un membre de l'équipe hospitalier qui nous a dit qu'elle avait simplement été admise suite à une tentative de suicide. Nous sommes venus à penser que c'était suite à la dépression dont elle semble être victime depuis quelques mois. A croire que les Kennedy ne sont pas libre de vivre leur vie tranquillement. Chaque membre de cette famille se lançant en politique est plus ou moins maudit. La jeune femme à débuté sa campagne électoral il y a tout juste un an, pour les prochaines présidentielles qui auront lieux l'année prochaine. Cependant, est-ce que l'Amérique est vraiment prête à subir une autre tragédie datant de Novembre 1963. Il lui faudrait désormais beaucoup de chance pour qu'elle puisse rester en course. Affaire à suivre.
Paige Howard.»

†††



« Tu n'es pas obligé de faire ça, tu sais? » « Si. Je dois rattraper cette bombe. » « Comment tu comptes faire? » « Je suis une politicienne. Fais moi confiance. » Posant enfin son rouge à lèvre dans sa trousse de toilette, la blonde se retournait, un petit sourire aux lèvres. Avançant vers la canapé, elle attrapait sa veste de tailleur Chanel, et l'enfilait devant le miroir. C'est à ce moment là qu'elle sentie deux mains sur ses hanches, et elle vit la tête de son mari se poser sur son épaule. Elle fit un petit sourire et elle fermait doucement les yeux. « Tu es tellement magnifique. » Doucement, il embrassait son cou ce qui eu le don de faire fermer les yeux à la petite blonde. Et ce baiser eu le don de lui donner des frissons. Finalement, James se séparait de sa femme et parti vers le bar pour se servir un verre de whisky et il en profitait pour regarder sa femme. Sa si merveilleuse femme. Cette jupe qui remontait au niveau de sa taille, épousant parfaitement les formes de son corps, et son chemisier qu'il rêvait de déboutonner. Oh, et voila, il se mettait à imaginer des scénarios plus ou moins... érotique. Oh, il aurait probablement besoin de sa main gauche prochainement, vu la chaleur qu'il sentait doucement arriver dans son bas ventre. Balayant la tête de gauche à droite, il fut sorti de ses pensées -chaudes- lorsque la porte s'ouvrit pour faire place à une petite brune. « Madame, plus que dix minutes. » « Merci Anna, j'arrive. » La porte se refermait et Carter avançait jusqu'à son époux qui se tenait là. Elle passait ses bras autour de son cou, et sourit légèrement. « Souhaite moi bonne chance. » « Bonne chance. Tu vas réussir, j'en suis sûre. » « Merci. » « De quoi? » « Croire en moi. » Elle fit un autre petit sourire pour finalement venir doucement déposer ses lèvres contre celle de son époux. C'était l'une des premières fois qu'elle prenait l'initiative de l'embrasser. La première fois depuis 6 mois. Le fait qu'elle l'embrasse lui donnait un petit sourire. Peut-être que leur couple n'était pas totalement perdu, finalement. Détachant enfin ses lèvres; le brun fixait sa femme avec un regard éperdument amoureux. « Je t'aime. » Et sans comprendre pourquoi, la blonde se mit à rougir légèrement. Elle avait l'impression de redécouvrir des sensations qu'elle n'avait plus connue les six derniers mois. « Faut que j'y ailles. » « Bonne chance. » Elle sourit, et enfin, elle sortie de la pièce pour se rendre dans la salle principale, là où la conférence de presse se tenait. Les photographes étaient là, les journalistes aussi, et évidemment, ils attendaient tous l'explication de cette hospitalisation si soudaine. « Bonjour à tous, et merci d'être venu à cette conférence. » Tous le monde s'assoit sur son siège, tandis que Carter reste debout derrière le micro, et pendant de courtes secondes, seul les flash des appareils photos se font entendre. « J'aimerais bien parler des nouvelles qui sont tombées quant à mon hospitalisation. Une rumeur courait comme quoi j'avais tenté de me suicider, chose qui est totalement fausse. J'ignore qui à dévoilé ceci, mais quoi qu'il en soit, c'était une fausse rumeur. La vérité c'est juste une mauvaise réaction face à une allergie. Il s'avère que je suis allergique aux fruits secs, et une fois réveillé j'ai fini par apprendre que le dessert que j'ai pris lorsque je suis aller au restaurant avec mon mari était à base de pâte d'amande, donc j'ai plutôt mal réagit. » La blondinette se mit à rire légèrement, elle haussait doucement les épaules. « Donc ne vous en faites pas, je vais parfaitement bien. Et j'accepte de répondre à quelques questions si vous voulez. » C'est à ce moment là que des bras se levèrent et que les journalistes essayaient tous de se dépasser de manière à être sélectionner. « Vous! » « Madame Harsaw, comment comptez vous récupérer les points perdus suite à cette nouvelle? » « Et bien, je compte sur la vérité pour que mes électeurs me fassent de nouveaux confiance. Oui? » « Croyez vous que tout ceci est dû à cette malédiction? » La blonde manquait d'exploser de rire. « Écoutez, je suis peut-être une Kennedy, mais cela ne veux pas dire que c'est dû à une malédiction. Déjà, cette malédiction touche seulement les hommes qui se lancent en politique, et jusqu'à preuve du contraire, je suis une femme, vous pouvez demander à James, il le confirmera sans aucun doute! Mais ceci n'est pas une malédiction, juste de la mal chance. Savez vous combien de membres de famille meurt par jour? Le monde est atroce, mais nous n'y pouvons rien. Pour vous, vous parlez de la Malédiction Kennedy car nous sommes célèbres et connus de tous, mais croyez moi, c'est juste des coïncidences. Vraiment, si vous m'élisez présidente, vous ne risquez pas de me perdre comme mon grand père est mort. » Elle haussait les épaules et vit cette journaliste rousse qui s'était envoyé en l'air avec son mari -et qui s'en vantait au prêt de la blonde- lever la main. L'a regardant elle finie par accepter d'écouter sa question. « Vous n'avez pas peur de nuire à l'image de Présidente? » « Je vous demande pardon? » « Et bien, tous le monde sait que vous ne pouvez pas tomber enceinte, alors que tous les Président ont des familles fondées, ainsi, vous ne correspondez pas à l'image que nous avons eux des présidents jusqu'à preuve du contraire. » Le sourire de la blonde s'effaçait. Et voila, cette garce l'avait eu en pleins coeur, elle avait trouvé son point faible. Se pinçant les lèvres, elle se forçait à sourire, un sourire des plus hypocrites soient-ils. « Et bien, nous sommes au vingt-et-unième siècle donc je pense que ce n'est pas nier à l'image des États-Unis si je n'ai pas d'enfants, puis ne jamais dire jamais, après tout, la médecine à fait de nombreux progrès. » D'autres mains se levèrent et des questions fusaient, la blonde fit alors un petit sourire « Et bien, merci pour votre présence. » C'est sous ces questions que la blonde quittait l'estrade et se dirigeaient vers la salle de laquelle elle venait, accompagné de son garde du corps. La blonde arrivait enfin dans sa salle et elle fermait la porte juste après elle. Elle retirait sa veste et elle la balançait sur le canapé qui était là, avant de s'avancer vers le bar présent. Elle attrapait un verre et elle mit un peu de whisky dans ce verre qu'elle but d'un seul coup. Finalement, elle s'en servit un second, et suite à ça elle regardait son verre. Prise d'un coup de folie, elle balançait son verre à l'autre bout de la salle, se brisant en éclat. Se mettant à pleurer, elle fut prise d'un sentiment de rage envers cette journaliste, et elle finie par briser la moindre chose qui se trouvait dans cette salle. La porte s'ouvrit d'un seul coup et le brun attrapait la jeune femme et la retournait, la prenant contre lui. « Carter! Carter, calme toi. » Tapant à plusieurs reprises le torse de son mari, elle finie par se laisser tomber dans ses bras, mettant sa tête sur son épaule.

†††


La tournée présidentielle continuait, évidemment et il y avait plusieurs heures de vol avant l'arriver à leur destination, à savoir, Los Angeles, ce qui permettait au couple d'être plus ou moins tranquille. Le service leur avait apporté leur diner, et ils avaient savouré celui-ci en parlant de tout et n'importe quoi. Et pour une fois, les rires de Carter étaient sincère, ce qui changeait de d'habitude, quand ses rires sonnaient désespérément faux. De plus, ils avaient arrosé le diner d'un bouteille de vin, qui n'avait pas fait long feu, et elle avait été suivit d'une deuxième, puis la troisième était à moitié vide. Et les voila. Lui, affalé sur le canapé, et elle sa tête sur sa cuisse en souriant, tout deux tenant leur verre de vin. « Combien de temps il nous reste? » « Ça fait à peine une heure qu'on à décollé, tu vas pas me poser cette question toute les heures, si? » « J'ai juste envie de savoir combien de temps il me reste à profiter de cet instant avec toi. » « Profite de l'instant présent. » Souriant, la blonde se levait et vint s'assoir sur le canapé en souriant, juste aux côtés de son mari. « Tu me connais, je te fais confiance. » Ils s'échangèrent un sourire, et restèrent silencieux, fixant le plafond. Pourtant, ils se fixaient du coin de l'oeil, cherchant à éviter le regard de l'autre, comme deux adolescents, et finalement, Carter posait son verre sur la table basse. Puis elle s'allongeait presque de tout son long sur le canapé, posant sa tête sur l'épaule de son mari. Elle levait le regard vers lui, et sans vraiment prendre le temps de dire quoi que ça soit, elle vint déposer ses lèvres contre les siennes. Ce fut au départ, qu'un baiser de surface, mais rapidement, il devint beaucoup plus passionné, amoureux. Et rapidement, James collait la jeune femme contre lui, tandis qu'il posait une de ses mains sur les hanches de celle-ci. Mais comme pour confirmer que ça ne dérangeait en rien la blonde, elle vint simplement se mettre à cheval sur lui, l'embrassant alors de manière passionné, amoureuse et ses mains vinrent ouvrir les boutons de sa chemise qu'il avait déjà commencé à déboutonner lorsqu'il avait retirer sa cravate. Rapidement, son mari descendit ses lèvres dans le cou de la blonde, l'embrassant, caressant de ses lèvres la peau laiteuse de sa chère Carter, et ses mains remontèrent de manière à également ouvrir le chemisier de sa femme. Quelques heures plus tôt, juste avant la conférence, il avait littéralement fantasmé avec l'idée d'ouvrir ce chemisier, et là, il le faisait, tandis que les doigts fins de son épouse parcourait doucement et de manière délicate le torse de celui-ci. Séparant ses lèvres de la peau de la blonde, le brun la regardait dans les yeux, murmurant alors doucement « Tu me feras pas le coup de la dernière fois hein? » Effectivement, la dernière fois, la blonde avait stoppé toute tentative de rapport entre les deux individus, toujours autant traumatisé par l'aveu de sa stérilité. C'était notamment à cause de ça que James avait trompé son épouse. Mais c'était du passé, enfin, normalement. En simple guise de réponse, la blonde vint de nouveau embrasser son mari.
Et tandis que les secondes s'écoulaient, les deux individus se retrouvaient bien vite nus l'un contre l'autre, et c'est ainsi qu'ils se redécouvrait, après six mois d'abstinence dans leur couple.
Et la première nuit on s'emboite, puis transpirant on se décolle.

†††


Elle était là, allongé sur le sol du jet, tandis que James était allongé sur le canapé. Tout les deux fixaient le plafond, des étoiles dans les yeux. Cependant, la blonde était en train de penser à quelque chose de plus délicat, quelque chose qui nécessitait peut-être un sacrifice énorme, mais qu'elle était prête à faire. La politique avait tué son couple, alors que se passerait-il si ...? « James? » « Oui? » « Et si j'abandonnais? » « De quoi? » « La politique. » Se redressant sur ses bras, il se mit à regarder la blonde. « Pourquoi? » « J'en ai marre des journalistes, des conférences, des galas de charités. J'ai envie d'être tranquille. » « Et ta campagne? » « Je préfère arrêter. Vraiment. Je suis fatigué. C'était un plaisir au début, mais maintenant ... j'ai l'impression que ça me pourrit plus l'existence qu'autre chose. » Il acquiesçait alors et haussait les épaules. « Quand on arrive à LA on aura faire une conférence de presse pour signaler que tu te retires. » « Et si on oubliait ça aussi? Qu'on partait, où l'on veux. Sans prévenir personne. » « Carter tu ... » « C'est peut-être mieux! On pourra vivre tranquillement, sans que personne ne nous embêtes et viennent mettre des pieds dans nos pattes. On pourra être heureux, comme on l'a toujours voulu. » Le brun eu un petit sourire. Sa femme le regardait avec ce regard des plus attendrissant. Comment résister? « Tu veux aller où? » « J'ai entendu parlé d'un endroit sympa en Alaska. On sera encore aux USA, mais pas sur la plus grande partie, donc on pourra être tranquille. » « Je te suis partout où tu iras. » « Génial. » La blonde se redressait, s'approchant de lui pour venir lui voler un énième baiser avant de décrocher le téléphone qui menait à la cabine de pilotage et d'annoncer la nouvelle destination: l'Alaska!

C'est de cette manière que Carter abandonnait la politique. Partant à Anchorage avec son mari, ils ne se préoccupèrent de rien d'autre que d'eux, de leur vies de couples. Ils s'aimaient, et profitaient de cette opportunité pour vivre leur vie comme ils l'entendaient. Carter avait définitivement abandonné la politique, devenant beaucoup plus décontracté, elle avait même trouvé un boulot en tant que serveuse dans un restaurant. James lui, avait continué dans le journalisme, en trouvant un poste au magazine local d'Anchorage. Tout semblait parfait, bien qu'ils étaient porté disparu. Pourtant, ils vivaient dans l'anonymat le plus parfait! Mais malgré tout, le passé fini toujours par ressurgir... et peut-être que Carter devrait songer à s'inquiété un peu de cette légende.

prénom/pseudo Bowties âge 19 ans. tu es... personnage inventé! comment as-tu découvert le forum? On revient juste aux sources!    t'en penses quoi? It's so fluffy i'm gonna diiiiiiiiie! fréquence de connexion 5/7. un petit mot? j'vous love, uech.   

Code:
<taken>blake lively</taken> ♢ <nm>carter harsaw</nm>



Dernière édition par Carter Harsaw le Sam 14 Juin - 10:03, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Harsaw
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 14/06/2014
› baisers volés : 22
› avatar : Blake Lively
› crédits : love disaster (avatar) soapflaws (signature)
› pseudo : bowties


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:15

+1 au cas où.


Et parce que non, on se débarrassera pas de moi aussi facilement!   (+) est-ce que c'est possible de reprendre l'ancienne histoire de mon personnage, vu que je la faisais sur l'ancienne version, or nope? :3 I mean, reprendre ce que j'avais écris sur l'ancienne version, en modifiant certains trucs éventuellement! Mais j'avoue, j'affectionnais pas mal mon personnage!   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexie Fitzgerald
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 13/06/2014
› baisers volés : 87
› avatar : Emma Stone
› crédits : liloo_59
› pseudo : Aurore E.


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:20

Re-bienvenue ma belle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwilym Bellamy
STAFF + on veille sur vous!
avatar
› date d'arrivée : 25/04/2014
› baisers volés : 310
› avatar : Daniel Sharman
› crédits : Wιɢɢα (avatar)
› pseudo : Daily Planet (Marine)


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:21

Rebienvenue à la maison toi (ici ex tyler/maverick au passage)
Bon courage pour ta fiche ma belle ! Et bien sur, tu peux reprendre ton ancien personnage  I love you 
ça fait plaisir de te revoir en tout cas

_________________
Para mi locura no existe una cura que no sea tu boca. Que abre el mundo. Que yo me derrumbo si te marchas sola [...] Me llaman loco si me equivoco y te nombro sin querer. Me llaman loco por dejar tu recuerdo quemarme la piel ► el beso, pablo alborán
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:23

Bienvenue parmi nous courage pour ta fiche   
Revenir en haut Aller en bas
Carter Harsaw
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 14/06/2014
› baisers volés : 22
› avatar : Blake Lively
› crédits : love disaster (avatar) soapflaws (signature)
› pseudo : bowties


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:24

Merci Lexie!
Puis merci beaucoup Gwilym! (J'adore le prénom *-*) Je cours faire ma fiche qui sera prête dans la soirée du coup *-*
Puis comme j'ai dis, on se débarrasse  pas de moi comme ça, muahahahah.   (seriously, TL est mon premier forum, je compte pas le quitter! Le premier, et le meilleur *-*)

_________________
    we're limitless tonight
    « don't leave me on my own, until i'm fully grown. i'm not gonna be the only one, ton reap but i don't sow. don't leave me on my own, i'm difficult i know, but i really need a chance to be someone, someone i've never known. god bless you and good luck, i can't stop you from giving up. these things you do are not enough to save me. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:35

Blake   Bienvenue   
Revenir en haut Aller en bas
Gwilym Bellamy
STAFF + on veille sur vous!
avatar
› date d'arrivée : 25/04/2014
› baisers volés : 310
› avatar : Daniel Sharman
› crédits : Wιɢɢα (avatar)
› pseudo : Daily Planet (Marine)


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 9:42

Avec plaisir I love you (merci 😄 ) ça marche **
T'es trop mignonne et merci pour les compliments faits à TL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwilym Bellamy
STAFF + on veille sur vous!
avatar
› date d'arrivée : 25/04/2014
› baisers volés : 310
› avatar : Daniel Sharman
› crédits : Wιɢɢα (avatar)
› pseudo : Daily Planet (Marine)


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 10:18

Toujours aussi parfaite la miss Harsaw, rien d'autre à ajouter, je te valide ma belle   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Harsaw
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 14/06/2014
› baisers volés : 22
› avatar : Blake Lively
› crédits : love disaster (avatar) soapflaws (signature)
› pseudo : bowties


MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 10:38

Merciiiiiii!       

_________________
    we're limitless tonight
    « don't leave me on my own, until i'm fully grown. i'm not gonna be the only one, ton reap but i don't sow. don't leave me on my own, i'm difficult i know, but i really need a chance to be someone, someone i've never known. god bless you and good luck, i can't stop you from giving up. these things you do are not enough to save me. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   Sam 14 Juin - 23:23

désolée du retard mais bienvenuuue  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.   

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm started to reevaluated my definition of crazy + carter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It started out with a kiss, how did it end up like this ? It was only a kiss... [Duc(hesse) :} ]
» Definition
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Enfin, 68, la définition à laquelle j'adhère totalement
» Couragism?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
thunder love :: okay? okay. :: this is a part of me :: today, you're moving in-