AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James Ambrose
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 11/07/2014
› baisers volés : 26
› avatar : andrew seuksi garfield
› crédits : (c) delta
› pseudo : spf (sans pseudo fixe) alors Laura ça ira !


MessageSujet: well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james   Sam 12 Juil - 12:46


James & Maxine

i'm sorry, lover, i'm sorry i let you down. well these days i'm fine, no these days i tend to lie.

       Les derniers jours d'école avant les grandes vacances, ce n'est pas de l'école mais de la garderie. Dans le genre qu'une nourrice c'est cher et l'école c'est gratuit alors on file les gosses aux instits, le temps de et puis on arrive en retard pour venir les chercher parce que YOLO, t'façon ils ont pas de vie les instits et puis ils sont payés pour ça. Enfin, c'est ce qu'à dû se dire le père ou la mère d'Elijah, puisque je me retrouve avec le petit garçon sur les bras alors que ça devrait faire déjà vingt minutes que j'aurai dû récupérer mon fils chez sa nounou. Je trépigne silencieusement, prenant mon mal en patience en tâchant d'observer les moindres faits et gestes de mon élève qui est en train de gribouiller. Anna est déjà prévenue de mon retard, mais malgré ça je ne suis pas rassuré. En fait je suis rassuré que lorsque Sasha est avec moi, mais...
       « Okay, tu sais quoi Eli ? Je vais faire un dessin ! » Je m'exclame en m'adressant au petit garçon qui me regarde tout étonné. Je pousse un soupir avant d'attraper un coussin pour pouvoir m'asseoir sur le sol et prendre appuie sur la table adaptée pour les enfants de trois ans et non trente. Après ça je m'empare d'une feuille et du premier feutre qui me tombe sous la main. Un gris. Ugh, c'est pas terrible mais bon, on fera avec. Je demande à Elijah ce qu'il veut que je lui dessine et ris un peu lorsqu'il me demande de lui dessiner ma maison. Je me mets donc à la tâche en m'appliquant plus ou moins tandis qu'il reprend aussi son dessin. Et j'ai à peine fini de colorier mon toit que trois coups sont frappés à la porte de ma salle de classe. Je relève la tête pour voir entrer la maman du petit garçon qui cesse immédiatement son activité pour courir dans ses bras et je me lève à mon tour, avec un sourire de politesse sur les lèvres. « Désolée du retard, j'ai dû passer faire une course. Tout s'est bien passé ? » J'acquiesce, n'ayant pas vraiment le temps ou l'envie d'en dire plus. Une course, bah tiens. La garderie, vous dis-je. J'attends encore une minute avant qu'ils ne partent finalement et une autre où que je récupère mes affaires à mon bureau et ferme la salle derrière moi et je pars enfin d'ici.
       Je n'aime vraiment pas être en retard, j'ai l'impression d'être un père ingrat et que Sasha m'en voudra toute sa vie même s'il ne s'en souviendra probablement pas. C'est pour ça que je cours plus que je ne marche pour rejoindre ma voiture, garée sur le parking d'un supermarché qui se trouve à trois minutes d'ici... Peut-être deux. Je ralenti une fois arrivé sur l'endroit bétonné ultra-fréquenté, et c'est alors que je cherche mes clefs de voiture dans une poche que je me fais bousculer par un caddie. Fichtre, ça fait pas du bien ça. J'arrête l'objet sur roulette dans un réflexe avec mon pied, sauf que je me fais plus mal qu'autre chose et je ne peux pas retenir un cri de douleur. Moi, je suis capable d'être la première personne tuée par un caddie et non, je n'exagère rien. Par pure mesure de sécurité je fais un pas en arrière et ne bouge plus, attendant la mort ou juste que la douleur passe en fait. Et puis je relève la tête vers mon agresseur qui se confuse déjà en excuse, et si j'en crois la voix c'est une agresseuse.
        Et effectivement. C'est une agresseuse. Et ça fait aussi très longtemps que je ne l'ai pas vu pour ne pas avoir reconnu sa voix. Je reste figé, encore plus qu'auparavant. Maxine. L'ex femme de ma vie, mon ex fiancée, mon ex tout en fait, et la mère de Sasha. Je sens les battements de mon coeur s'accélérer dans ma poitrine et puis j'ouvre la bouche pour dire quelque chose, sauf que je ne sais pas quoi dire en fait, alors je reste silencieux et avale difficilement ma salive. En réalité, ça fait plus d'un an que je ne l'ai pas vu. Seize mois, même. Et... Ça fait mal, oui. Mais en même temps ça fait du bien, mais vraiment plus de mal que de bien. « Ça... Ça va ? » Je finis par demander, ne trouvant rien d'autre à dire. Seize mois et mes premières paroles sont aussi plates, franchement ce n'est pas brillant.

Code by Fremione.


_________________
 say something
some people don't understand the promises they're making when they make them [...] but you keep the promise anyway. that's what love is, love is keeping the promise anyway. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Fitzgerald
Lost in a sea of nightmares.
avatar
› date d'arrivée : 13/06/2014
› baisers volés : 126
› avatar : Emma Stone
› crédits : Ava : Emi Burton - Signa : Emi Burton
› pseudo : Emi Burton


MessageSujet: Re: well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james   Lun 14 Juil - 2:12

Well these days i'm fine, no these days i tend to lie

James & Maxine

Sa vie n’avait plus de sens, elle errait sans vraiment savoir pourquoi, s’accrochant malgré elle à l’idée qu’un jour, tout irait mieux. Elle voulait revoir James, mais elle ne savait pas comment, trop angoissée pour lui rendre visite alors qu’elle savait déjà qu’il était de retour en ville depuis quelques temps déjà. Après tout qu’est-ce qu’elle pourrait bien lui dire si elle le revoyait ? Qu’elle était désolée, qu’elle aurait dû lui faire confiance, lui dire qu’elle ne pouvait pas continuer sans lui ? Il ne voudrait sans doute pas l’écouter. Elle avait tout foutu en l’air en décidant de ne pas garder Sasha, elle en était pleinement consciente, mais elle n’aurait pas pu l’élever, elle le savait très bien aussi. Elle ne serait pas une bonne mère, sa famille en était la preuve. Un père criminel, fugitif, un imposteur, une mère presque folle. A force d’entendre les gens dans la rue lui dire qu’elle ne valait pas mieux, elle avait fini par le croire. Sa tentative de suicide n’avait été que la suite logique de sa descente en enfer. Depuis, plus rien n’était pareil. Elle avait promis à sa sœur de ne plus jamais rien faire pour attenter à sa vie, mais à quoi bon continuer ? Elle avait perdu tout ce qui comptait, et même ses photos reflétaient ses pensées morbides.

Elle était chez elle à ressasser encore ses vieux souvenirs, consultant les photos qu’ils avaient prises ensemble à l’époque où tout allait bien. Son sourire lui manquait terriblement. Autrefois, il était le seul à réussir à la faire rire lorsqu’elle n’avait pas le moral, et le seul à lui redonner confiance lorsqu’elle ne savait plus quoi faire. Elle ne pourrait sans doute jamais plus retrouver cette complicité qu’ils avaient eue. Elle soupira et referma l’album photo avant de se lever pour le ranger dans un coin d’étagère, un endroit invisible à ses yeux quand elle passait rapidement devant. Elle avait mal au cœur, constamment, comme si elle traînait derrière elle un boulet de prisonnier. Le silence de son appartement la déstabilisait toujours, elle ne restait jamais très longtemps chez elle. Bien vite, elle s’empara de son sac et d’une veste et sortit, fermant la porte derrière elle. Elle rejoignit ensuite sa voiture et décida subitement d’aller faire des courses, sans liste, sachant seulement qu’elle manquait de nourriture chez elle. Un bon moyen de fuir.

Arrivée au supermarché, elle prit un caddie, n’ayant pourtant pas besoin d’autant de choses, et entra. Elle n’avait envie de rien, elle n’avait pas souvent faim de toute façon. Malgré tout, elle piocha quelques articles parmi les rayons, comme pour parfaire l’illusion que tout allait bien maintenant, sans faire attention. Elle vagabondait dans le supermarché sans se soucier de grand-chose, jusqu’à arriver à la caisse où elle s’empressa de payer. Au final, elle avait rempli son caddie de moitié. Elle aurait un sacré stock en rentrant. Elle sortit ensuite et retourna au parking, sans pour autant avoir envie de rentrer chez elle. Sans doute ressortirait-elle pour prendre des photos, même si elles n’étaient pas terribles. Elle ne faisait pas attention à ce qui se passait devant elle, plongée dans ses pensées, et soudain, elle cogna quelqu’un avec son caddie. Elle sursauta, presque paniquée d’avoir blessé la personne. « Pardon, excusez-moi, vous allez bien ? Je suis vraiment désolée, je ne faisais pas attention ! » Lorsqu’il releva la tête vers elle, elle se figea sur place. C’était James. Il était là, en face d’elle, apparu comme par hasard alors que ça faisait exactement seize mois qu’ils ne s’étaient pas revus. Son cœur battait déjà à vive allure et elle ne savait plus quoi faire. Elle tremblait. Elle n’aurait jamais pensé le croiser de cette façon, sur le parking d’un supermarché.

Il paraissait aussi surpris qu’elle. Il y eût un petit moment de silence, tous deux certainement bien choqués par la situation, puis il finit par parler. « Ça... Ça va ? » Son cœur rata un battement. Il lui demandait si ça allait ? Vraiment ? Qu’est-ce qu’elle devait répondre à ça ? Est-ce qu’elle avait au moins le droit de lui parler, comme s’ils s’étaient quittés en bons termes ? Son cerveau ne répondait plus. « James ? » Elle avait l’impression de rêver, ou bien de déconner. Peut-être un peu les deux d’ailleurs. Elle n’avait aucune idée de comment agir. « Et toi, tu vas bien ? » Au final, elle ne put que lui retourner la question, pas bien sûre de comment elle se sentait. « Ca fait… longtemps… » Bien entendu, elle aurait adoré pouvoir lui sauter dans les bras et l’embrasser comme si rien n’était arrivé, mais ça ne lui était pas permis.
code by Silver Lungs

_________________
And I will always love you
Give me reasons to believe that you would do the same for me. And I would do it for you, for you. Baby, I'm not moving on I'll love you long after you're gone. For you, for you. You will never sleep alone. I'll love you long after you're gone and long after you're gone, gone, gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Ambrose
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 11/07/2014
› baisers volés : 26
› avatar : andrew seuksi garfield
› crédits : (c) delta
› pseudo : spf (sans pseudo fixe) alors Laura ça ira !


MessageSujet: Re: well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james   Mer 16 Juil - 14:44


James & Maxine

i'm sorry, lover, i'm sorry i let you down. well these days i'm fine, no these days i tend to lie.

       On a très certainement l'air de deux idiots, là maintenant. Après la partie bousculade avec le caddie et ses excuses, lorsqu'elle s'est rendue compte que c'était moi et que je me suis rendue compte que c'était elle. Et on est resté un moment immobile, sans rien dire, juste à réaliser la présence de l'autre. La seule chose à laquelle je suis capable de penser c'est que ça fait longtemps que je ne l'ai pas vu. Très, très longtemps, même. Alors, après réflexion, je prends finalement la parole pour un très futile « Ça... Ça va ? » parce qu'en plus oui, il faut que je bégaie. Je suis ridicule, n'est-ce pas ? Je ne sais pas pourquoi je réagis comme ça, ce n'est que Maxine bon sang... Oui, en fait c'est pour ça que je réagis comme ça. Parce que c'est Maxine, et que ça fait longtemps. Que la dernière fois que je l'ai vu c'est le jour où on s'est disputé et que je l'ai quitté alors qu'elle était enceinte et que j'en étais fou amoureux. Qu'aujourd'hui j'élève notre enfant seul et qu'elle ne le sait probablement pas, à moins que Lexie ne l'ai mise au courant, et que malgré tout ce qu'il s'est passé et le peu d'effort que je fais pour l'oublier je l'aime toujours. Il y a des fois où je me demande ce que j'ai fait pour être dans une pareille situation.
       « James ? » Elle demande, presque incertaine. Un sourire s'affiche sur mes lèvres sans ma permission. Est-ce qu'elle est en train de se demander si elle rêve ? Est-ce que je peux traduire ça par le fait que je lui ai manqué ou quelque chose dans le genre ? Est-ce que je peux seulement m'autoriser à ce genre de pensée ? Je ne devrais pas. Si ça se trouve, elle est seulement surprise de me voir après tout ce temps là, et elle m'en veut encore de l'avoir lâché à un moment pareil dans sa vie, parce que moi je m'en voudrais. Parce que bien sûr, je suis parti du principe que l'eau avait coulé sous les ponts et je n'ai pas pensé à ça, et... Ouais, je ne sais pas, c'est assez confus. « Et toi, tu vas bien ? » Et c'est maintenant que je me rends compte que, toutes les fois où j'ai pensé à elle (et il y en a eu des tas) je l'ai imaginé toujours seule, et que peut-être aujourd'hui elle a refait sa vie... Avec une autre personne que moi. Mais le fait qu'elle ne réponde pas à ma question me fait soudainement douter. Est-ce qu'elle a des choses à cacher ? Un oui aurait été trop gênant, c'est ça ?
         « Et toi, tu vas bien ? » Euh... Bah là, sincèrement, je n'en sais rien en fait. Je ne sais pas si c'est le choc de la revoir, l'idée qu'elle a très bien pu refaire sa vie sans moi (et surtout le fait que je n'y ai pas pensé plus tôt, aussi) ou quoi ou qu'est-ce mais... C'est le flou total, un peu. « Ouaip, toujours bien ! » Je réponds finalement avec un sourire. Ok, ça c'est ma technique prenons la chose dans la bonne humeur ou du moins du côté positif de la force. Au moins, ça évitera la conversation bateau où elle comme moi on ne saura pas quoi dire et où on évitera les questions de l'autre parce que gêne. « Ça fait… longtemps… » Gods, tellement longtemps. Toujours avec le sourire, je réponds. « Oui, c'est vrai... Ça fait plaisir de te voir. » Oui, vous savez, la phrase passe partout. Un peu embarrassé, je viens me frotter la nuque d'une main. D'une main et de mes clefs, aussi. « Fichtre. » Je dis en me rendant compte que malgré tout, j'étais toujours en retard pour aller chercher mon fils chez sa nourrice. Je jette un coup d'oeil à ma montre, pour vérifier si le temps n'a pas ralenti. « Je... » Je commence, hésitant, devant le regard interrogateur de ma belle Maxine. « Je dois y aller, désolé, je dois... » récupérer Sasha chez sa nounou. Sasha, tu sais, notre enfant que tu as voulu abandonner à la naissance. Je ne me sens pas vraiment dire ça, alors j'improvise une autre excuse : « ...aller chez le dentiste. » Parce que même si je n'ai jamais vraiment pensé à la fois où je la reverrai, je n'ai pas non plus pensé à la fois où je lui annoncerais que j'élève notre enfant seul. Mais il est clair que je ne vais pas lâcher ça comme ça, après seize mois de silence, sur le parking d'un supermarché où on s'est rencontré par hasard. « On se verra une autre fois ? » Je demande avec un petit sourire, plein d'espoir. S'il-te-plaît, même si tu as refais ta vie, ne me rejette pas... Tout de suite.

Code by Fremione.


_________________
 say something
some people don't understand the promises they're making when they make them [...] but you keep the promise anyway. that's what love is, love is keeping the promise anyway. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Fitzgerald
Lost in a sea of nightmares.
avatar
› date d'arrivée : 13/06/2014
› baisers volés : 126
› avatar : Emma Stone
› crédits : Ava : Emi Burton - Signa : Emi Burton
› pseudo : Emi Burton


MessageSujet: Re: well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james   Ven 18 Juil - 9:57

Well these days i'm fine, no these days i tend to lie

James & Maxine

Ils étaient tous les deux là à se regarder dans le blanc des yeux bêtement, sur un parking de supermarché alors qu’elle venait de se confondre en excuses pour l’avoir bousculé brutalement avec son caddie sans savoir qu’il s’agissait de James. Ils semblaient autant surpris l’un que l’autre, leur silence en était la preuve. Elle ne savait pas quoi dire, elle ne s’attendait pas à le croiser par hasard, elle qui savait pourtant qu’il était de retour en ville depuis quelques temps. Elle aurait voulu lui rendre visite elle-même, avoir le courage de sonner à sa porte pour parler de ce qui était arrivé, le récupérer peut-être, même si c’était sans doute trop espérer. Ca faisait presque un an et demi qu’ils ne s’étaient pas vus, et son cœur battait toujours si fort pour lui, peut-être même plus qu’autrefois. Elle resta muette, choquée par cette rencontre, puis ce fut lui qui prit la parole. Comment allait-elle ? Il voulait vraiment savoir ? Elle-même n’en avait aucune idée. Elle était perdue, brisée, déboussolée, mais aussi heureuse de l’avoir en face d’elle. Presque convaincue qu’il s’agissait d’un rêve, ou encore une de ses nombreuses illusions le mettant en scène, elle osa demander. Un sourire s’inscrivit sur le visage du jeune homme, toujours si radieux. Malgré le temps qui avait passé, elle était toujours folle amoureuse de lui. Elle aurait aimé le serrer dans ses bras, là, maintenant, mais c’était trop déplacé. Ils n’étaient plus ensemble depuis longtemps maintenant. Et s’il avait refait sa vie, lui ? Si une femme l’attendait tous les soirs chez lui ? Elle n’osait pas l’imaginer.

Perturbée, elle ne répondit pas à sa question, se contentant de la lui retourner, façon pour elle d’éviter de parler de ce qu’elle ressentait dans sa vie en ce moment. Je vais bien, j’ai fait une tentative de suicide il y a quelques mois, parce que je suis perdue sans toi et que tout le monde me tourne le dos, et toi ? Pas le genre de choses qu’on disait facilement. Et de toute façon, elle ne voulait pas qu’il apprenne pour son envie d’en finir, ça ne mènerait à rien. « Ouaip, toujours bien ! » Il avait répondu avec un beau sourire. Il allait bien, il semblait heureux sans elle. Pourquoi était-elle presque déçue de l’apprendre ? Ne devrait-elle pas être heureuse pour lui ? Elle baissa la tête dans un sourire blessé. « C’est bien, je suis contente. » Elle n’était pas sincère et ça se voyait, du moins pour quelqu’un qui la connaissait assez. Elle aurait dû vouloir son bonheur, être réellement ravie qu’il aille bien, qu’il ait pu apparemment tourner la page, mais elle n’y arrivait pas, c’était plus fort qu’elle. Elle ne voulait pas le voir partir loin d’elle, même si c’était trop tard pour y penser. Elle fit remarquer que ça faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus, la tête un peu basse à regretter ce fait. « Oui, c'est vrai... Ça fait plaisir de te voir. » Est-ce qu’il le pensait vraiment ? Est-ce que ça lui faisait vraiment plaisir ? Elle n’était pas sûre, mais elle sourit malgré elle à sa remarque. « C’est vrai ? » Elle n’avait pas pu s’empêcher de poser la question. Après tout, vu ce qui s’était passé entre eux, il devait la détester maintenant, ça serait compréhensible.

Il se passa la main sur la nuque, comme un tic qu’il avait toujours eu, d’autant qu’elle s’en souvienne. Il était toujours le même, ça ne changeait pas. C’était rassurant, au moins. « Fichtre. » Elle releva la tête pour le regarder, intriguée. « Je... » Qu’est-ce qu’il allait dire ? Elle fronça les sourcils en se pinçant les lèvres, attendant qu’il poursuive. « Je dois y aller, désolé, je dois... » Evidemment. Elle ne voulait pas le quitter pourtant. Elle voulait rester avec lui encore, lui parler, vraiment, mais il fallait qu’il parte. Il hésitait pourtant. Pourquoi ? Est-ce qu’il allait lui avouer qu’il voyait une autre femme, que celle-ci l’attendait et qu’il était en retard ? Elle serrait un peu les poings pour se préparer à la terrible nouvelle. « ...aller chez le dentiste. » Elle se détendit, conscience cependant qu’il s’agissait d’une excuse. Qu’est-ce qu’il cachait donc ? Elle hocha la tête machinalement en faisant la moue, vexée qu’il ne lui dise pas la vérité. « Chez le dentiste, hein… » Elle avait presque murmuré, pour elle-même. Bien sûr qu’il ne voulait pas rester avec elle, bien sûr qu’il la fuyait. Elle s’imaginait tous les scénarios possibles. « Tu es vraiment obligé ? On pourrait… Je sais pas, on pourrait parler ? On… On n’en a pas réellement eu l’occasion… » C’était vrai, après tout ils n’avaient pas parlé calmement avant de se quitter. Avant qu’il parte. Elle était fautive, elle était égoïste, et il avait eu raison de s’en aller, mais elle n’était pas prête à tirer un trait sur leur si belle histoire.

« On se verra une autre fois ? » Son sourire la faisait toujours autant craqué. C’était cruel de la laisser espérer. Elle répondit à son sourire, instinctivement, comme s’ils étaient encore connectés l’un à l’autre. « Tu promets ? » C’était idiot de lui demander ça, mais elle avait besoin d’en être sûre. Est-ce qu’ils se reverraient réellement ? Il ne mentait pas ? Ca faisait si mal de l’imaginer partir, retrouver quelqu’un d’autre, peut-être pour un rendez-vous amoureux, peut-être autre chose. Elle chérissait encore l’époque où il n’avait d’yeux que pour elle. C’était fini maintenant. Cette période était définitivement passée, elle devait s’y faire.

code by Silver Lungs

_________________
And I will always love you
Give me reasons to believe that you would do the same for me. And I would do it for you, for you. Baby, I'm not moving on I'll love you long after you're gone. For you, for you. You will never sleep alone. I'll love you long after you're gone and long after you're gone, gone, gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Ambrose
MEMBRE + les pilliers de la société
avatar
› date d'arrivée : 11/07/2014
› baisers volés : 26
› avatar : andrew seuksi garfield
› crédits : (c) delta
› pseudo : spf (sans pseudo fixe) alors Laura ça ira !


MessageSujet: Re: well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james   Mar 22 Juil - 12:03


James & Maxine

i'm sorry, lover, i'm sorry i let you down. well these days i'm fine, no these days i tend to lie.

       Je regrette d'être tombé sur Maxine aujourd'hui. Bon, certes, ni elle ni moi n'avions prévu cette rencontre. Et je ne regrette pas de l'avoir revu, non ça c'est... Agréable et même si je le savais déjà je réalise à quel point elle a pu me manquer. Je regrette seulement de devoir partir parce que je suis en retard pour récupérer Sasha. J'aurai préféré pouvoir discuter plus longtemps avec elle, l'inviter à boire quelque chose et qu'on puisse parler autrement. Plus explicitement que pouvoir prendre des nouvelles l'un de l'autre. J'aurai aimé pouvoir lui demander ce qu'elle a fait depuis tout ce temps, si la photo la passionne toujours autant, si les projets sur lesquels elle travaillait lorsque nous étions encore ensembles étaient achevés maintenant... Si elle avait rencontré quelqu'un, oui. Si elle était heureuse aussi. Moi je le suis, en tout cas, même si je suis sans elle. Notre fils fait sa part de bonheur. Notre fils qui m'attend chez sa nourrice. « Fichtre. » J'ai fait, captant ainsi son attention, quand je me suis rendu compte que je devais vraiment filer. « Je... Je dois y aller, désolé, je dois... » Te mentir pour te protéger ? Il est clair que je ne vais pas lui annoncer comme ça que j'élève l'enfant qu'elle a mis au monde il y a plus d'un an et qu'elle a abandonné. Pas après la première fois que je la revois depuis tout ce temps. Alors je mens, j'invente une excuse quitte à ce qu'elle s'imagine autre chose. De toute façon elle ne peut pas imaginer la vérité, c'est un scénario trop fou. « ... aller chez le dentiste. » Elle a l'air de se détendre et murmure quelque chose pour elle-même et je sais qu'elle ne me croit pas. Après tout, on a vécu assez de temps ensembles pour qu'elle sache quand je mens.
       « Tu es vraiment obligé ? On pourrait… Je sais pas, on pourrait parler ? On… On n’en a pas réellement eu l’occasion… » Gosh, si elle utilise ce ton là avec moi, c'est clair que je vais craquer et que mon fils il va y passer la soirée chez sa nourrice ! Non, non. Il faut que j'y aille, que je sois fort et tout et tout. Je baisse donc le regard pour éviter d'avoir affaire au sien avant de relever la tête avec un sourire d'excuse pour hocher négativement la tête. Allez James, soit un homme ! « On se verra une autre fois ? » Je demande plein d'espoir, limite nerveux comme lorsque adolescent j'ai demandé à une fille de sortir avec moi pour la première fois. Lorsque je vois son sourire le mien s'agrandit : elle est réceptive ! « Tu promets ? » Je ris légèrement, reconnaissant parfaitement Max et son besoin d'être rassurée. Encore une fois je passe une main dans mes cheveux avant de répondre. « Je promets ! On ira boire un verre ou bien... Je t'invite au restaurant ? » Je propose. Oui, je suis carrément en train de lui proposer un rencard en fait. J'espère juste que ce n'est pas inapproprié, au pire on peut appeler ça une sortir en amis ? Des retrouvailles ? Je sens mon portable vibrer dans la poche de mon jean. Oui, j'ai compris, je dois mettre fin à la conversation. « Je n'ai pas changé de numéro de téléphone... Et si tu ne l'as plus, ce que je comprendrais parfaitement, ta sœur l'a toujours. » Non, ce n'est pas du tout bizarre ça. Je l'observe encore un peu avant de pousser un mince soupir et de m'avancer vers elle, poser une main contre son épaule et mes lèvres contre sa tempe brièvement. « Rentre bien. » Je chuchote avant de finalement la laisser et de rejoindre ma voiture sans un regard en arrière, sinon je serai encore tenté de rester avec elle, pour – enfin – récupérer mon fils et rentrer à la maison. Cette journée est pleine de surprise et j'espère qu'elle continuera ainsi et que je recevrais un message de Maxine d'ici ce soir. Comme on dit, l'espoir fait vivre.

Code by Fremione.


_________________
 say something
some people don't understand the promises they're making when they make them [...] but you keep the promise anyway. that's what love is, love is keeping the promise anyway. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james   

Revenir en haut Aller en bas
 

well these days i'm fine, no these days i tend to lie + maxine & james

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tarte fine abricots/frangipane
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» Dog Days sous-titré en français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
thunder love :: bridal veil island :: homes-