AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ça devient trop difficile d'être quelqu'un. (sharlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sharlie O'Brien
STAFF + on veille sur vous!
avatar
› date d'arrivée : 23/05/2014
› baisers volés : 360
› avatar : dianna agron
› crédits : nuit parisienne
› pseudo : pan. (manon)


MessageSujet: ça devient trop difficile d'être quelqu'un. (sharlie)   Ven 23 Mai - 6:25


sharlie emmealyn o'brien
you've got something i need in this world full of people
❖❖❖
nom comme bien des personnes, j'ai hérité du nom de mon cher et tendre paternel, à savoir o'brien prénom(s) mes parents aimaient l'originalité. ils l'ont bien montré avec mes frères et soeur sans oublier les miens qui sont sharlie & emmealyn (oubliez le "a" dans la prononciation) âge même si on me dit que j'ai le temps, je trouve que j'approche trop vite de la trentaine avec mes vingt-six ans. date, lieu de naissance c'est dans la belle ville australienne de sydney que j'ai vu le jour. et même que c'était un dix huit mai et qu'il faisait super beau ! origines vous l'aurez donc compris, je suis une petite australienne du coté de ma mère. mon père est écossais et américain. vous devinerez que je suis également écossaise et américaine moi aussi. un melting point à moi seule. statut civil je me suis fiancée il y a quelques temps (quatre ans déjà !) à un mec que je ne connaissais pas en fait. barjot ? oui, je trouve aussi. ça été un fiasco. et pourtant, quelques années après, je ne l'ai pas oublié, bien que je sois célibataire et totalement paumée. orientation sexuelle je suis tout ce qu'il y a de plus hétérosexuelle. étude ou boulot avec ma meilleure amie, on a décidé d'ouvrir notre petit commerce. je suis donc co propriétaire d'une pâtisserie et, accessoirement, pâtissière.. caractère calme (+) patiente (+) à l'écoute (+) mature (+) intelligente (+) sensible (+) amusante (+) blagueuse (+) tête en l'air (+) tranquille (+) sincère (+) parfois naïve (+) peut être une grande enfant (+) utopique (+) maniaque (+) têtue (+) boudeuse (+) sérieuse (+) bosseuse (+) sait s'amuser quand il le faut (+) presque casanière groupe azalea. avatar dianna agron
adore le chocolat noir et pourtant, elle est allergique. le simple fait d'en manger lui provoque des toux et des éternuements, chose qui l'énerve (+) a toujours aimé faire de la pâtisserie, surtout avec sa meilleure amie. c'est donc tout naturellement qu'elles ont ouvert une petite pâtisserie ensemble (+) vit en colocation depuis quelques mois maintenant avec sa meilleure amie mais également avec deux autres hommes. le tout est dû à un sacré malentendu et aucun des binômes ne compte lâcher cet appartement de rêve (+) a eu un problème cardiaque mais s'est faite transplanter il y a quelques années. elle continue les traitements et les médicaments mais mène une vie tout ce qu'il y a de plus normal maintenant (+) a deux frères aînés, ian et loïk, et une demi soeur, kira, plus jeune qu'elle (+) ses parents ont divorcé quand elle avait treize ans mais cela ne l'a pas gêné. ils étaient plus amis qu'autre chose au final et, souvent, ils mangent tous ensemble bien que chacun ait refait sa vie. il n'y a rien d'ambigu la dessous (+) est très proche de sa famille. elle ne se voit pas sans eux. elle est obligée de les appeler au moins une fois tous les trois jours et une fois par an, ils se retrouvent tous (+) aime bien certaines petites traditions et tiens à les garder telles qu'elles sont (+) n'a vécu que trois ou quatre ans à sydney et a déménagé à anchorage à ce moment là. elle n'y est pas vraiment repartie depuis puisqu'elle y est tous les jours
que pensez-vous de la légende? y croyez-vous? la légende ? je n'y fait tout simplement pas attention. qu'elle soit ou non là, je m'en moque. elle ne change rien à ma vie. je ne dénigre pas les gens qui y croient et ne suis pas forcément d'accord avec ceux qui lui jettent des pierres. je suis neutre par rapport à ça. un peu comme la suisse. parlez-nous de votre vie sentimentale, de manière générale. ma vie sentimentale n'est qu'une vaste blague. j'ai jamais eu des tonnes de copains. deux ou trois durant mon adolescence. et encore ! je suis optimiste. mais aujourd'hui, bien que, techniquement parlant, je sois fiancée, je ne dirais pas que ça s'est amélioré. non, c'est un beau bordel. êtes-vous plus du genre fétard ou flemmard? flemmarde, sans hésiter. j'aime bien sortir, faire la fête mais chez moi, j'adore ça. si on me laisse le choix, je ne bougerais pas. j'aime mon petit confort. je préfère une soirée chez moi avec mes amis que d'aller en boite et rentrer à sept heures du matin. et ce, même si je suis encore jeune. voir des couples heureux, ça vous fait quoi? rien du tout. je ne les envie pas le moins du monde, je ne les maudit pas non plus. ils ont leur vie. j'ai la mienne. je ne m'arrête pas à ça sinon, je ne suis pas sortie de l'auberge ! pensez-vous que la malédiction à joué sur votre vie sentimentale? non, pas du tout. ma vie est ce que j'ai décidé d'en faire. la malédiction est juste là, en fond mais n'a joué en rien dessus. elle sert à faire beau si on veut. après, peut être que je me plante sur toute la ligne. c'est fort possible aussi.


prénom/pseudo manon ou pan. âge dix neuf ans bien entamés maintenant    tu es... un pi   comment as-tu découvert le forum? dois je vraiment le dire t'en penses quoi? je ne suis pas objective si je dis qu'il est parfait ! fréquence de connexion le plus possible. un petit mot? prout    

Code:
<taken>dianna agron</taken> ♢ <nm>sharlie o'brien.</nm>



Dernière édition par Sharlie O'Brien le Jeu 12 Juin - 9:54, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharlie O'Brien
STAFF + on veille sur vous!
avatar
› date d'arrivée : 23/05/2014
› baisers volés : 360
› avatar : dianna agron
› crédits : nuit parisienne
› pseudo : pan. (manon)


MessageSujet: Re: ça devient trop difficile d'être quelqu'un. (sharlie)   Ven 23 Mai - 6:25


i see fire
❖❖❖


four years ago On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

pliée en deux sur son canapé, son corps frêle était secoué par de nombreux tremblements. elle ramena ses bras vers elle et ferma les yeux. malgré toute sa bonne volonté, sharlie était totalement incapable de se mettre debout ou même de s'asseoir. de temps à autres, des petits gémissements plaintifs franchissaient ses lèvres étonnement bleutées. son teint d'ordinaire si lumineux était pâle. il ne fallait pas être devin pour voir qu'elle était plus que mal en point. elle tenta de tendre le bras afin d'attraper le téléphone face à elle. en vain. au lieu de ça, son corps se souleva. appuyée en équilibre entre le canapé et la table basse du salon, elle se laissa aller, vomissant le peu de ce qu'elle avait pu ingurgiter ces derniers jours. la gorge sèche et brûlante, sharlie sentit les larmes rouler sur ses joues. jamais elle n'avait eu aussi mal. elle avait l'impression que ses os allaient exploser en elle, sa tête lui faisait mal. elle se balança et, tant bien que mal, elle réussi à se lever.  tremblante et faible, elle avança à la cuisine où elle prit la serpillière. tout en se tenant pour éviter de tomber, elle nettoya le salon. soupirant, la jeune femme ferma les yeux. ses jambes se dérobèrent sous elle. elle s'effondra au sol. la petite blonde se savait trop faible pour tenter le moindre mouvement. à nouveau, des larmes commencèrent à perler au coin de ses yeux clairs. elle ferma les yeux et se replia sur elle même, en position fœtus. alors qu'elle se perdait dans l'inconscient, quelques bruits lui parvinrent. des pas précipités, une voix lointaine. « - sharlie ! sharlie, réponds-moi. » elle tenta de répondre. en vain. lorsqu'elle ouvrit de nouveau les yeux, la blancheur extrême de la pièce l'aveugla. elle se frotta les yeux et essaya de se lever. cependant, elle se sentait retenue. sa vue était brouillée mais elle pouvait distinguer des tubes plantés à ses bras. tremblante, elle tenta de les enlever. « - non. » une main douce se posa sur la sienne, l'intimant de ne pas continuer. sharlie releva la tête. elle dû cligner plusieurs fois des yeux avant d'apercevoir clairement sa demi-soeur. « - qu'est ce qui a ? pourquoi je suis là ? » sa bouche était pâteuse mais son mal de tête avait été calmé. kira s'assit à ses cotés, sur le lit alors que la jeune pâtissière se laissa retomber sur les coussins. « - maman et ian arrivent. j'ai appelé ton père aussi. loïk ne peut pas venir pour le moment. » l'ainée secoua la tête. elle ne voulait pas qu'ils viennent. ce n'était rien. probablement les effets secondaires de ses médicaments. « - qu'est ce que j'ai ? » les yeux noisettes de kira se remplirent de larmes. sa main attrapa celle de sa demi-soeur qu'elle pressa doucement. elle ne voulait pas être celle qui lui annoncerait mais les médecins n'étant pas présents dans la pièce, elle devait lui dire. du moins, elle le devait avant que le reste de sa famille ne le sache. « - tu as fais un malaise et, tu étais inconsciente sur le sol. j'ai appelé les urgences. sharlie, depuis combien de temps tu es malade ? » « - je sais pas. plusieurs jours. je suis pas allée au travail dernièrement. j'étais mal et... je sais plus. » la plus jeune soupira. une larme commença à glisser le long de sa joue ce qui inquiéta davantage sharlie. « - tu as un problème au coeur, sharlie. à vouloir te soigner toi-même, tu n'as pas vu les signes. tu es malade. » l'australienne lâcha la main de sa demi-soeur et la plaça sur son visage. incrédule, elle secoua la tête. non. pas elle. pas maintenant. ses projets voyaient le jour, sa vie semblait prendre un chemin plus qu'heureux et tout s'effondrait en quelques secondes à peine.


four years ago La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement.

elle franchit les portes avec un sourire au visage. sourire fictif mais, depuis quelques mois maintenant, elle en avait l'habitude. si certains se doutaient bien que celui ci était présent uniquement pour sauver les murs, d'autres en revanche y croyaient dur comme fer. mais ces personnes la ne la connaissaient pas vraiment. ils étaient des connaissances avec qui elle mangeait de temps en temps ou des clients qu'elle servait chaque jour. rien de plus. comme à son habitude, elle se présenta à l'accueil. elle marcha tranquillement - d'apparence du moins - jusqu'à l'aile réservée à la cardiologie pour finalement s'asseoir sur un fauteuil de la salle d'attente. cela faisait maintenant plusieurs semaines qu' elle répétait le même manège. « - mademoiselle o'brien ? » elle tourna la tête vers l'homme aux tempes grisonnantes, lui adressant un petit sourire. elle se leva et pris son sac, le suivant dans son bureau. il ferma la porte derrière lui et se tourna vers la jeune femme, lui intimant de s'asseoir. « - est ce que ça vous dérange si mon interne reste ici ? je peux lui demander de sortir si vous préférez ou si vous n'êtes pas à l'aise. » elle fronça d'abord les sourcils. elle ne l'avait pas remarqué et pourtant, en temps normal, elle se serait retourné vers lui. simple, grand, mince, des yeux plus qu'expressifs, une chevelure brune légèrement bouclée mais surtout, un sourire qui en disait long sur lui. elle secoua la tête. « - ça ne me gêne pas du tout. » le médecin opina et pris à son tour place à son bureau. posant de petites lunettes rondes sur son nez, il ouvrit le dossier de sharlie, parcourant rapidement les dernières pages. « - votre corps semble plutôt bien répondre au traitement. mais c'est long. en continuant comme ça, on peut vous éviter de nouveaux malaises mais on sait très bien qu'en aucun cas, cela vous rendra votre vie d'avant. la seule solution, c'est la greffe. » sharlie lui sourit d'abord timidement, jouant nerveusement avec ses doigts. « - je suis partante. plus tôt on commencera, mieux ce sera, docteur. » néanmoins, elle n'eut pas la réaction qu'elle attendait. l'homme pris un air plus grave et plus sérieux, abandonnant son sourire. « - mademoiselle o'brien, votre assurance ne prendra pas la greffe et l'opération en compte. tout sera à vos frais. j'ai tenu à vous en parler pour ne pas vous cacher vos chances. mais payer ce traitement vous même vous endetterait. vous et vos enfants quand vous en aurez. appelez votre famille, vos amis. un appel au don peut-être. » cette fois ci, ce fut à son tour de perdre le sourire. elle se leva, remerciant l'homme. « - je vais voir comment faire. » elle ne tarda pas à fermer la porte derrière elle. une larme coula le long de sa joue. elle qui se voyait si près du but. la porte venait de se claquer devant elle. alors qu'elle entrait dans sa voiture, un bruit la fit sursauter. le jeune interne était face à son auto, tapant sur sa vitre. « - vous tenez à cette greffe, je me trompe ? » elle le regarda, incrédule puis hocha la tête. à quoi bon mentir. « - elle peut vous sauver. on sait aussi bien l'un que l'autre que votre traitement actuel empêche votre état d'empirer trop rapidement mais que sans opération, vous vivrez jusqu'à quoi, trente ans ? trente-cinq au maximum. » à nouveau, elle hocha la tête sans pour autant comprendre où est ce qu'il voulait en venir. cependant, toujours aussi surprise, sharlie regarda le jeune homme passer coté passager et s'engouffrer dans sa petite fiat. « - je sais ce qui pourrait vous aider. au diable les banques et tout ça. elles n'accepteront pas. il vous faut une bonne assurance maladie mais en étant déjà malade, peut vous accepteront pour ne pas dire aucune. » « - où voulez vous en venir enfin ? » cette fois ci, l'agacement avait pris le dessus. elle avait l'impression qu'il se moquait d'elle. et pourtant, le jeune interne n'en démordit pas. « - la mienne peut. mais il n'y a qu'une seule façon d'en bénéficier. vous devrez être ma femme... ou ma fiancée à la rigueur. c'est pas très légal, je sais. mais si on ne dit rien et qu'on laisse quelques mois passer, ça peut marcher. et après, bah, il nous suffira juste de rompre ses fiançailles. c'est pas si compliqué, non ? » il marqua une pause, laissant le temps à sharlie d'évaluer la proposition. « - au fait, moi c'est isaac. »

four years ago À la fin de la journée, ce que nous voulons vraiment, c’est être aux côtés de quelqu’un. Tout ce rituel, prendre de la distance, et faire semblant de ne pas se préoccuper des autres, c’est des conneries.

« - putain, sharlie ! mais à quoi tu pensais ? » la jeune femme soutint le regard de son ainé, une lueur espiègle et de défi dans celui ci. elle s'apprêtait à rendre les coups malgré la perfusion qui avait pris place dans son bras. « - ian, calme toi, laisse la s'expliquer. n'est ce pas, sharlie ? » la dernière phrase avait été bien appuyée, chose qui traduisait l'agacement de la part des deux jeunes gens. elle soupira, longuement et détourna le regard. elle se concentra sur les petits détails de la pièce dans laquelle ils se trouvaient. elle croisa ses jambes et, tendant le bras, elle s'adressa à son frère, ignorant parfaitement ce qu'il pouvait dire. « - ian, j'arrive pas à attraper mon livre. passes le moi, s'il te plait. » il se leva d'un bond, commençant à faire les cent pas dans la petite pièce. plaçant ses mains dans sa chevelure de jais, l'homme était prêt à exploser. « - elle se fou de ma tronche. dites moi qu'elle le fait exprès. » cette fois ci, sharlie prêta attention à son frère. fronçant les sourcils, elle se sentait fulminer. alors qu'elle s'apprêtait à se redresser,mais kira l'en empêcha, la faisant s'asseoir à nouveau sur le fauteuil moelleux. « - mais qu'est ce que ça peut bien te faire au juste ? tu veux pas essayer d'être heureux pour moi ? fais semblant au moins ! » « - mais est ce que tu l'aime ? non, j'ai mieux, est ce que tu le connais ? » « - oui, je sais ce qu'il faut sur lui et on est sorti plusieurs fois ensemble pendant ces cinq derniers mois. je sais ce que je fais, ian. » il soupira à nouveau et vint se planter devant elle. il posa ses mains sur chacun des accoudoirs et avança son visage vers celui de sa jeune soeur. kira, quant à elle se tourna, ne préférant pas voir le massacre qui allait très probablement arriver. « - non, tu ne sais pas ce que tu fais. épouser un gars qui étudie encore pour quoi faire ? ah oui ! pour avoir cette greffe à la noix. en effet, il faut suivre ton exemple. » « - arrête. et vas t'en. s'il te plait, vas t'en. et je te signal que c'est ça qui me permet de vivre et de t'engueuler. » elle pointa son bras avant de repousser le jeune homme. ce dernier ne pu s'empêcher de pousser un cri avant de donner un coup de poing dans le mur. les deux jeunes femmes sursautèrent, surprises de le voir si violent. kira fini par se lever à son tour. elle posa une main sur l'épaule du jeune homme. « - vas te calmer dehors. vas réfléchir. que ta tête te serve un peu. » elle continua de le pousser puis ferma la porte, l'empêchant de rentrer dans la pièce. calmement, la plus jeune s'assit et croisa ses jambes. elle attrapa la main de sharlie, lui offrant par la même occasion un petit sourire presque gêné par rapport à ce qu'elle allait lui dire. « - il n'a pas tord. tu connais isaac depuis peu de temps. c'est un mariage blanc, tu ne l'aimes pas vraiment. tu me n'aurais pas attendu si longtemps sinon pour nous le dire. tu le sais aussi bien que moi. il a de la compassion. trop peut être. il veut te sauver pour pas avoir ton chagrin sur la conscience. mais est ce que c'est une bonne chose ? » cette fois ci, sharlie n'explosa pas, se contentant de baisser les yeux. elle savait très bien que même si isaac était adorable, ni l'un ni l'autre ne s'aimaient. ils ne se connaissaient pas vraiment. après tout, ils n'avaient partagé que quelques cafés ensemble et peut-être deux ou trois repas. et oui, c'était un mariage blanc. mais grâce à celui ci qui allait se dessinait peu à peu, elle allait pouvoir guérir, plus vite et mieux. au fond, c'était tout ce qu'elle voulait. retrouver une vie normale. les conséquences ne l'importaient peu. elle n'y pensait pas. elle ne le voulait pas. elle avait le droit à sa chance.





Dernière édition par Sharlie O'Brien le Mar 10 Juin - 21:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharlie O'Brien
STAFF + on veille sur vous!
avatar
› date d'arrivée : 23/05/2014
› baisers volés : 360
› avatar : dianna agron
› crédits : nuit parisienne
› pseudo : pan. (manon)


MessageSujet: Re: ça devient trop difficile d'être quelqu'un. (sharlie)   Ven 23 Mai - 6:25


party girls don't get hurts
❖❖❖


two years ago Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.

assise sur le sofa de l'appartement d'isaac, elle baissa les yeux. elle se sentait plus honteuse que jamais. et, le regard que l'homme posait sur elle n'arrangeait en rien les choses. elle croisait et décroisait sans cesse les jambes, signe de nervosité. par moment, elle relevait le regard pour le baisser aussitôt. « - isaac... » il soupira et sharlie se tu immédiatement. éviter de la ramener était probablement la meilleure des choses qu'elle pouvait faire.  « - j'aurais pas pensé ça de toi quand même. enfin... je sais très bien qu'on a jamais été un couple modèle, et qu'on a pas forcément de vrais sentiments mais ça... wow. ça, je l'ai pas vu venir ! » les larmes lui montèrent aux yeux. d'un battement de cils, elle les chasse rapidement. un petit reniflement se fit entendre, traduisant son mal être. « - je suis désolée. je te le jure. je voulais pas de ça. » il soupira à nouveau et leva les yeux au ciel. il porta les mains à son visage, totalement dépassé par les événements. à nouveau, isaac marcha dans le salon, la parcourant de toute part. « - tu l'as eu ta greffe, sharlie donc c'est bon. te justifie pas et ne me sors des excuses à la con. si tu l'as embrassé, c'est que tu le voulais. tu as eu ce que tu voulais et en plus de ça, tu piétines les gens. bravo. au moins, je sais où on en est. je te laisse récupérer tes affaires. » cette fois ci, elle se leva d'un bond et s'approcha de lui. la petite blonde secoua énergiquement la tête de gauche à droite. certes, elle avait eu son opération grace à lui et à son statut et pourtant, elle ne voulait pas le perdre. les larmes perlèrent aux coins de ses yeux avant de rouler sur ses joues pâles. d'un revers de la main, elle les chassa. jamais elle ne s'était sentie aussi idiote et honteuse. dans un sens, isaac n'avait pas tord. si elle avait embrassé cet homme, c'est qu'elle l'avait simplement voulu. et cela voulait également dire qu'elle ne l'aimait pas tant que ça. en quelques secondes à peine, la réalité l'avait rattrapée. l'homme se recula et, soupirant à nouveau, il lui tourna le dos et s'approcha de la porte. « - tu laissera la clé dans la boite aux lettres. si tu as oublié des trucs, je te les ferais passer mais ne reviens pas ici. » « - isaac, s'il te plait. laisse moi une chance. laisse nous une chance. » il se retourna légèrement, le regard dur et glacial. « - non. pas maintenant. peut-être jamais. » son ton était tranchant, laissant une sharlie abasourdie. en deux ans, jamais il n'avait parlé ainsi. sur ces simples mots, il quitta l'appartement. désormais seule, elle se laissa tomber au sol, secouée par les sanglots qui s'emparaient d'elle.


few months ago Vous êtes vous déjà demandé quelle trace laisse notre passage su terre. Si une seule vie peut réellement avoir un effet sur le monde, ou si les choses que nous faisons ont une quelconque importance. Moi je crois que oui, et je crois qu’un seul homme peut changer la vie de beaucoup d’autres pour le meilleur ou pour le pire.

« - non mais dis moi que c'est une grosse blague là ! » d'ordinaire si calme, si pacifiste, la petite blonde semblait prête à mitrailler toute personne osant la défier, ne serait-ce que d'un simple regard. ses yeux verts lançaient des éclairs. elle aurait tué sans aucune hésitation et sans aucun remord si shea ne l'avait pas attrapée, la poussant un peu à l'écart. « - ne t'énerves pas, sha'. et puis, c'est rien. juste un petit soucis sur le bail mais cet appartement sera à nous et les deux s'en iront. » même si, en temps normal, la simple présence de sa meilleure amie l'apaisait, la jeune femme sentait l'agacement monter de plus en plus en elle. journée de merde jusqu'au bout. elle fit passer une main dans ses cheveux couleur des blés tout en roulant des yeux. elle laissa son dos heurter le mur, s'y appuyant avec une certaine nonchalance. ses yeux se firent plus petits, ses sourcils se froncèrent, traduisant une colère bien plus grande. « - je vais lui faire bouffer son sourire à celui la ! » elle se redressa d'un bon et, furibonde, elle avança vers le jeune homme qui devait être à peine plus vieux qu'elle. son regard était plus noir que jamais. derrière elle, elle laissait une shea totalement surprise par le comportement de son amie. sharlie s'arrêta à quelques centimètres de l'homme et leva les yeux vers lui. elle pointa un doigt menaçant dans sa direction, le tapant presque. « - faut pas s'énerver, c'est pas bon pour les rides. » son regard se fit plus menaçant encore. la titiller maintenant n'était pas le bon moment et, malheureusement pour lui, l'homme allait vite en faire les frais. les doigts fins de l'australienne attrapèrent son tee-shirt de sorte qu'elle l'approche d'elle. « - mes rides vont très bien, je t'en remercie et cet appartement est le notre ! donc tu vas dégager ton derrière d'ici. je te le demande gentiment. ne me fais pas répéter. » elle le relâcha aussi brusquement que ce qu'elle l'avait attrapé et s'éloigna de lui. son visage s'adouci rapidement. trop peut être. agir de la sorte ne lui ressemblait pas mais cet appartement était un coup de coeur et là, tout de suite, elle ne voulait que lui et aucun autre. et ce, quitte à déclarer la guerre aux deux amis qui le convoitaient également.

few months ago Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...

ses lèvres légèrement rosées se pincèrent en une ligne tandis que son regard était rivé sur la fournée de cookies qu'elle venait de rater, comme une débutante. une grande première pour elle. soupirant et restant calme, elle attrapa la plaque et jeta les gâteaux dans la poubelle. elle nettoya rapidement le plan de travail ainsi que la plaque et recommença. elle enchaina ainsi plusieurs fournées, toute différentes les unes des autres mais, en se concentrant davantage, elle réussi à produire de beaux desserts. n'était-ce pas le but lorsqu'on tenait une pâtisseries. sharlie eut un petit sourire et posa les biscuits sur un plateau. alors qu'elle s'apprêtait à continuer sur sa lancée, la voix de shea la ramena sur terre. « - besoin d'un coup de main ? » la blonde s'essuya les mains et pris possession du plateau. elle quitta la cuisine pour se retrouver dans la boutique et posa le plateau à l'endroit fait pour. « - j'arrête peut-être les cookies, non ? » dans un petit rire, la rouquine acquiesça. elle secoua sa blouse pleine de farine et releva enfin la tête en entendant la cloche de la porte émettre un petit bruit. son sourire sembla se figer lorsque son regard se posa sur la personne qui entrait. « - sharlie ? » il s'arrêta, tout aussi surpris qu'elle. « - je ne savais pas que tu travaillais là. » « - je ne savais pas que tu étais de retour en ville. » son ton n'était ni doux ni dur. juste posé. chose qui sembla surprendre légèrement isaac qui se gratta la nuque. reprenant ses esprits, il s''avança vers le comptoir. « - ça ne fait pas longtemps que je suis rentré... ça me fait plaisir de te voir. » elle eut un petit sourire en coin. sharlie aurait très bien pu repartir en cuisine et laisser shea s'occuper de lui, un client comme un autre après tout. et pourtant, elle resta là, sans bouger pendant qu'il passait commande. il posa à nouveau son regard sur elle puis tourna les talons. néanmoins, avant de partir, il lui adressa un nouveau regard. « - j'aimerais bien qu'on se voit, qu'on se parle autour d'un café. » elle hocha la tête et le regarda partir. il avait agit comme si rien n'était arrivé. comme s'ils avaient toujours été des amis. comme si leurs deux ans de vie commune n'était pas. comme si ses deux ans d'absence n'avaient pas eu lieu. comme si sharlie n'avait pas compté pour lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ça devient trop difficile d'être quelqu'un. (sharlie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

ça devient trop difficile d'être quelqu'un. (sharlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PREMIÈRE GÉNÉRATION ✤ ça devient trop compliqué d’être quelqu’un.
» Lorsque l’ennuie devient trop pesant… [PV Mimi]
» (m) Libre; notre histoire devient trop compliqué
» Rien n'est trop difficile pour la jeunesse ▬ Abel
» "Qui trop chasse le dragon devient dragon lui-même." Amdir Panthera, Roi d'Umbar [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
thunder love :: okay? okay. :: this is a part of me :: today, you're moving in-